Navigation – Plan du site

Interrogatoire du mort en pays joola felup

Questioning the deceased (joola-felup)
Odile Journet et André Julliard
p. 135-153

Indexation

Mots-clés :

deuil, interrogatoire, brancard

Keywords :

mourning

Populations :

Joola
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les Joola sont divisés en plusieurs sous-groupes qui se distinguent principalement par leurs varian (...)

1Dans la société felup1, les rituels de deuil se prolongent de une à deux semaines selon que le défunt est un vieillard ou un enfant. Les funérailles proprement dites commencent le soir du décès pour se terminer le lendemain au coucher du soleil : le mort est enterré indifféremment de jour comme de nuit. La cérémonie publique et collective se développe suivant quatorze grandes étapes, dûment nommées, qui, progressivement, vont impliquer les proches comme les lointains du défunt. Quatorze moments que nous ne ferons qu'énumérer ici :

  • 2 Le système religieux joola s'appuie pour l'essentiel sur l'ensemble complexe des ukin (sg. boekin), (...)

2. annonce du décès (bubahulélu) : il faut avertir les ukin2, puis divulguer la nouvelle par des cris de douleur et les coups sourds du tambour à lèvres ;

3. veillée nocturne (morahu) par la parenté paternelle et maternelle ; laver le mort (ukullénahu ata anaho akeen) : dès cinq heures du matin, la famille du mort cuisine un porc pour la parenté. Le cadavre est ensuite lavé et couché à plat ventre sur le brancard de l'interrogatoire, la tête relevée et les yeux ouverts ;

4. interrogatoire du défunt (kasaabaku) : le brancard porté par des spécialistes fait le tour d'une série d'ukin pour déterminer la cause de la mort ;

5. « faire l'estrade » (buyagitam) : exposition du cadavre en position assise sur la place du quartier où est né le défunt ;

6. « se mettre de la boue » (kahonoraku) : les femmes des familles paternelle et maternelle se couvrent de boue qu'elles vont chercher dans le marigot par deux fois au cours de la journée ;

7. danses funéraires (nyukukry) : danses collectives (l'après-midi) autour de l'estrade, interrompues par les nombreux hommages et offrandes (ensevelies ou non) au mort ;

8. séparation symbolique du défunt d'avec les ukin dont il était responsable (bunannorabu) ;

9. habillage du mort (uliménàhu) et démontage de l'estrade ;

10. présentation du défunt à un boekin (kasikenatu) pour déterminer le type de sacrifice qu'il faut faire pour que le mort quitte sa famille en la laissant sans conflit ;

11. nouvelle interrogation sur la place du quartier pour déterminer les qualités personnelles du défunt (un grand cultivateur ! Un grand lutteur ! etc.) ;

12. « tuer pour quelqu'un d'exemplaire » (kabuja kata esokey) : il s'agit d'assommer un poulet sur le brancard (ce n'est pas un sacrifice) ;

13. enterrement (kuhokahu) : dernier interrogatoire sur le chemin du cimetière, puis ensevelissement du corps dans la terre : tête à l'ouest, le mort est couché sur le côté gauche, le bras replié sous la tête, de façon à ce qu'il regarde le nord (pays des morts) ;

14. condoléances à la famille (kalobaku nuku ianu) : les femmes du patrilignage vont passer la nuit dans la maison du défunt.

15De ce schéma cérémoniel, nous ne retiendrons ici que l'interrogatoire, et uniquement le kasaabaku (interrogatoire effectué le matin même des funérailles), en prenant pour exemple celui que nous avons observé à Susana, en janvier 1986.

16Dans la société felup, la mort est avant tout un événement social qui admet quatre types d'interprétations :

  • la volonté de Dieu (Emitay) ;

  • l'attaque d'un boekin (châtiment, punition, etc.) ;

  • l'agression d'un sorcier (asayo) (dans le sens de « witchcraft ») ;

  • la malveillance d'un « homme mauvais ». Ce dernier peut utiliser un poison d'origine végétale ou les pouvoirs d'un boekin (dans ce cas, c'est un homme qui a des pouvoirs de clairvoyance et d'invisibilité).

17Originaire et marié à Susana (principal village du pays felup), père de deux enfants, Osile (« long et maigre ») est décédé en janvier 1986 dans la pleine force de l'âge puisqu'il devait compter une quarantaine d'années. Sa mort, comme toutes les autres, ne peut relever que de l'un – et seulement de l'un – des 4 types d'explications mentionnées ci-dessus.

18La première étape dans cette matinée d'interrogatoires qui en comprendra quatre au total, est sous le signe du boekin Ekobey qui protège les hommes initiés et gouverne les maladies « de côtes ». Une trentaine d'hommes accompagnés d'une dizaine de femmes (veuves ou portant un enfant) prennent place de manière à dessiner une aire semi-circulaire d'une quinzaine de mètres de diamètre. Au centre de l'aire, et face à l'assistance, se tiennent les deux porteurs du brancard, très exactement situés dans l'axe du boekin qui se dissimule dans le feuillage encore vert de ce début de saison sèche, quelques 20 ou 30 mètres plus loin. Personne ne peut s'interposer entre le brancard et le boekin (que ce soit en passant ou en stationnant sur le sentier).

19Apparemment, il n'y a pas d'interrogateurs désignés : tous ceux qui se sentent concernés ou pensent être impliqués dans l'événement de ce décès peuvent prendre la parole. L'interrogatoire prend la forme d'un dialogue dans lequel chacun exprime sa version de l'événement, ses explications, son opinion et ses questions. Par l'intermédiaire du brancard, le mort « répond » en ayant à sa disposition cinq types de comportements-réponses :

201. pour une réponse positive (notée : « oui » dans le compte rendu de l'interrogatoire), le défunt « poussera » le brancard vers son interlocuteur, qui l'arrêtera en saisissant de la main droite le barreau transversal sur lequel repose la tête du mort. Puis, il fera le geste de le repousser au centre, signifiant ainsi qu'il accepte la réponse du défunt. Si l'interrogateur refuse ce « oui » – signifiant ainsi que le mort ment –, il s'écartera du brancard qui entre dans la foule, laquelle se disperse aussitôt. Le brancard retourne ensuite au centre de la place.

21Le mort peut également souligner l'importance de sa réponse (noté : « oui »), en « fonçant » littéralement sur le questionneur, qui devra faire un effort physique réel – et même quelquefois appeler à l'aide son voisin – pour renvoyer le brancard. Ce comportement donne une orientation décisive aux questions ultérieures ;

222. pour une réponse négative (notée : « non »), le brancard reste immobile au centre de la place ;

233. le défunt peut également refuser de répondre (noté : « ... ») ; les porteurs pratiquent alors un mouvement de balancement latéral de peu d'amplitude (piétiner sur place en se balançant est une attitude courante pour exprimer « la honte » d'avoir commis une faute envers le code moral en usage dans la société felup) ;

244. enfin, le mort peut choisir son interlocuteur, en se dirigeant droit sur lui. Cette situation se produit dans un moment où chacun reste silencieux et où l'interrogatoire ne progresse plus.

25Sikundo (féticheur, cousin paternel du défunt Osile ; il était appelé oncle par ce dernier parce que plus âgé que lui) :

- « Je ne peux pas tout dire ce qui t'a tué. Tu nous as montré les gens qui savent pourquoi tu es mort. Peut-être ton âme est-elle dans le boekin ? »

- « Non »

26Le féticheur demande à Osile si, de son vivant, il a accompli toutes les obligations rituelles dues à Ekobey. Il cherche à savoir si la mort ne serait pas un châtiment du boekin : le boekin aurait littéralement dévoré le mort.

- « Est-ce que ton âme n'est pas dans Ekobey ? »

- « … »

- « Il faut que tu nous dises si réellement tu as eu des discussions avec Ekobey ? »

« Oui »

27Avoir des discussions avec le boekin est une formule ambiguë, même pour les deux personnes qui nous ont aidés à traduire l'interrogatoire. Elle peut signifier d'abord qu'Osile était en conflit avec le boekin, soit parce qu'il avait refusé d'accomplir un sacrifice (une rébellion en quelque sorte), soit parce qu'il avait négligé ou oublié de le faire : le sacrifice représente toujours une charge économique et un endettement prévisible. La question peut aussi implicitement signifier : Osile n'est-il pas un de ces « hommes mauvais » qui utilise le boekin pour ensorceler ses victimes ? A cette ambiguïté répond une hésitation du brancard : elle signifie la honte sociale (surtout pour la famille) d'avouer cette relation.

28Le brancard recule et se dirige vers Sikahunan (cousin paternel de Osile, habitant la même concession).

29Sikundo :

- « C'est chez Sikahunan que tu as pris la mort. Sikahunan perdait ses enfants. C'est toi qui les as tués ? »

- « Oui »

30Dans les années 68-70 – presque 20 ans en arrière – Sikahunan a été la victime de Sihongoli, le père d'Osile, qui était un puissant féticheur de Susanna et l'un des gardiens du boekin Ekobey. Pourquoi devient-il le sorcier de son neveu ? Parce que celui-ci, s'étant converti au catholicisme, refusait de subir le rite de la circoncision. Sikahunan échappera à son oncle après un mois de maladie mais, et jusqu'à sa mort, Sihongoli le poursuivra, notamment après son mariage catholique, en tuant (en « prenant ») les deux premiers enfants du couple.

31Nous ferons trois remarques :

321. Au cours de cet interrogatoire, cette affaire de sorcellerie ne sera pas autrement discutée ni commentée. Nous pourrions dire toutefois que le kasaabaku « prolonge » cette histoire en y apportant des explications supplémentaires, et va sans doute la clore définitivement ainsi que le conflit social qui secoue le lignage d'Osile.

332. Le choix du boekin Ekobey comme celui de tous les autres de cet interrogatoire, est déterminé à l'avance. La veille des funérailles s'est tenue une réunion secrète entre quelques chefs de lignage, détenteurs d'ukin qui ont reconstitué (en sacrifiant) l'histoire familiale d'Osile et « jugé » en quelque sorte la cause du décès. A cette assemblée assistait également le chef des porteurs du brancard (il se tiendra à l'avant-gauche) qui conduira donc ses mouvements en tenant compte des décisions retenues.

343. La réponse à la question que pose le décès d'Osile (et qui par conséquent explique la cause de sa mort), est connue de tout le monde. C'est pourquoi elle est envisagée très rapidement, pratiquement sans précaution rituelle d'aucune sorte.

35La mère d'Osile :

- « Osile, il faut tout dire pour que tu ne reviennes pas ! »

36La mère d'Osile exprime prématurément son idée : son fils est sorcier et elle craint qu'il ne revienne sur terre comme il en a le pouvoir.

37Un homme :

- « Tais-toi, c'est les oncles qui doivent parler avec lui ! »

38La mère en chantant, appelle les vieux de la concession. Ces chants qui évoquent la qualité prépondérante de chacun des ancêtres, entrent également dans les chants de l'umangau (fêtes d'intronisation d'un nouveau féticheur) ou encore, dans les chants des luttes. Cette psalmodie peut être perçue comme un appel à la force et à la sagesse des ancêtres qui vivaient en un temps où il n'y avait pas « d'hommes mauvais ».

39Malum (cousin paternel) :

- « Tu vois bien notre oncle Sikundo. Il faut nous montrer comment tu fais pour prendre les enfants de ton cousin et les tuer. »

- « Non »

- « Tu as honte de dire la vérité ou bien faut-il quitter cette place pour que les femmes n'entendent pas comment tu as fait pour prendre les enfants ? »

40Le brancard fait le tour de la place et s'arrête en direction du boekin Ekobey

- « C'est Ekobey qui t'a tué ? »

- « Oui »

- « Est-ce que tu as eu des disputes avec ton frère ? »

- « Non »

41(Sikahunan et Osile sont cousins de même génération : ils sont appelés frères).

- « Sikahunan a perdu ses enfants, c'est toi qui les a mangés ? »

- « Oui »

- « Tu as raison ! Tu as bien fait de manger les enfants de ton frère plutôt que de manger les enfants d'autrui. C'est pour cela que tu as eu des problèmes avec Ekobey ! »

- « Oui »

- « Tu as bien fait de prendre les enfants de la maison plutôt que d'aller ailleurs. Sinon, je t'aurais demandé : « pourquoi es-tu allé dans une autre maison manger les enfants d'autrui ? »

42Malum exprime une opinion très appréciée de l'assistance car elle va dans le sens de l'apaisement et non du conflit toujours redouté : d'une part, il rappelle habilement qu'un sorcier n'est pas entièrement responsable de ses actes (il est poussé) et d'autre part, il démontre que son cousin est resté dans une certaine norme sociale en n'attaquant pas des étrangers à son lignage, évitant ainsi de déclencher des conflits pouvant dégénérer en violence (poison, bataille, etc.).

43Usumboal (féticheur, gardien de Ekobey) :

- « C'est donc toi qui t'es tué, ce n'est pas quelqu'un qui t'a mangé. C'est toi-même qui t'es fait tuer. Le kasaabaku ne sera pas long ! »

44Le brancard ne répond ni oui ni non, et il ne refuse pas non plus la question : il l'ignore en retournant lentement au centre de la place. Le comportement du brancard se comprend car l'intervention de Usumboal sert avant tout à marquer son extériorité par rapport à la relation existant entre son boekin et Osile : ce que personne ne mettrait en doute compte tenu de la notoriété de Usumboal.

45Abayan (cousin paternel) :

- « Pourquoi as-tu répondu à Sikundo et n'as-tu pas voulu répondre à Malum ? Tu as bien répondu à Usumboal ? Ton père, lui, ne va pas te demander de quoi tu es mort ! »

46« Ton père ne va pas te demander ce qui t'as tué » : il engage Osile à ne pas craindre la honte de répondre qu'il est lui-même sorcier parce que son père, lors de son interrogatoire, a déjà avoué qu'il était le sorcier de Sikahunan. La honte sur la famille est déjà publique.

- « Pourquoi ne veux-tu pas nous dire exactement de quoi tu es mort ? Nous allons reprendre les questions de Sikundo ! Quand tu t'es levé (= soulevé par le brancard), tu t'es dirigé vers Ekobey, après tu t'es dirigé vers Sikahunan. Certains t'ont interrogé, tu n'as rien voulu dire et d'autres t'ont interrogé et tu as dit ce qui t'a tué. Ce que tu as dit à Sikundo à l'ukulaw (= place d'exposition du cadavre), c'est vrai ? »

- « Oui »

- « Pourquoi ne veux-tu pas dire exactement les choses ? Tu fais des zigzags. Yalori (= ombre, silhouette, sorcier), c'est Dieu qui l'a créé. Je ne serai pas étonné que Dieu ait créé le sorcier pour les gens.

Pourquoi tu ne veux pas nous dire : « oui, je suis mort parce que j'ai tué les enfants de mon cousin » ? Et tu fais des zigzags ! »

- « ... »

47Abayan évoque ici un savoir commun au village : le sorcier aurait été créé par Dieu pour rappeler aux hommes qu'ils doivent suivre les règles et les usages édictés par les ancêtres (hommes proches de Dieu). Ce faisant, il introduit les arguments qui vont permettre de donner une conclusion satisfaisante à l'interrogatoire, maintenant prévisible par tous : puisque c'est Dieu qui a créé le sorcier, sa fonction sociale, bien que nuisible et mauvaise, fait partie de « l'ordre naturel » de la société.

- « Einanum (= personne élue, Dieu) fait bien les choses. Peut-être est-ce nous qui t'avons mangé ou bien c'est toi qui t'es tué ? Nous souhaitons que tes enfants vivent longtemps et nous allons les garder ».

- « ... »

48Un homme

- « Abayan, as-tu fini ? »

49Abayan

- « Oui, j'ai fini !' »

50Usumboal

- « Nos frères t'ont interrogé pour savoir si tu es mort d'avoir tué les enfants de notre frère. Est-ce bien vrai ? »

- « Oui »

- « C'est vrai, notre frère a perdu ses enfants. Personne ne dira le contraire. Nous parlons de la même chose depuis le début ».

- « Non »

- « Tu ne veux pas répondre parce que j'ai dit à tout le monde de quoi tu es mort ?

- « Non »

- « Nous, nous avons l'habitude de nous appuyer sur ce que chacun de nous a dit. Nous allons donc reprendre ces paroles pour t'interroger ! »

51Toutes les questions à venir devront se centrer sur les deux énoncés suivants :

521) Osile est mort parce qu'il a tué les enfants de ses cousins ;

532) Il a été tué par le boekin Ekobey.

- « C'est toi qui a tué les enfants de tes frères, et c'est pour cela que tu es mort ? »

- « Oui »

- « Sikundo t'a demandé où vas-tu manger ? C'est ici (= dans la concession d'Osile) qu'il faut manger ! »

- « Oui »

- « Comme Ekobey a refusé (que tu manges les enfants), pourquoi es-tu allé manger ? Est-ce que les hommes ne passent pas à l'interrogatoire ? »

- « Bon, tu dis que l'interrogatoire (celui de Usumboal) est fini ! L'interrogatoire est fini ? »

- « Oui »

54Ampahanji, le beau-père d'un cousin d'Osile chez qui ce dernier allait souvent jouer lorsqu'il était enfant, veut parler mais le brancard part dans la direction opposée.

55La mère d'Osile

- « Ne pars pas là-bas ! Il faut revenir de ce côté-ci car Anpahanji ne te trouvera pas ! »

56Le brancard revient au centre de la place

57Ampahanji

- « C'est vrai, quand tu t'es levé, tu t'es dirigé vers Ekobey. Si tu t'étais arrêté à cette place et avais dit que c'est nous qui t'avons mangé, l'interrogatoire serait court. Moi, je n'ai pas su à temps que tu étais malade. Je ne savais pas. Quand ta femme est venue me dire : « Osile est malade », c'est à ce moment que je suis allé chez toi, et je t'ai dit : « tu es malade et tu ne veux pas te soigner. Si la maladie est grave, tu ne pourras jamais guérir.

Nous avons cultivé ensemble les rizières et voilà que tu es tombé malade ; voilà que cela t'a bien fatigué et tu en es mort. Quand je suis arrivé chez toi, je t'ai demandé pourquoi tu étais malade. Tu m'as répondu : « non, je ne sais pas ce qui m'a rendu malade ». Notre causerie n'a pas duré ».

- « Est-ce moi qui t'ai tué parce qu'une fois je t'ai dit que j'étais allé sacrifier au boekin ? »

- « Non »

58Ampahanji se fait publiquement innocenter de toute accusation de sorcellerie envers le mort. Cette accusation aurait pu lui être faite car le cousin d'Osile dont il est le beau-père, n'est autre que le frère de Sikahunan, converti lui-aussi au catholicisme et par conséquent, ennemi désigné de Sihongoli (père d'Osile). Il aurait pu par l'intermédiaire de Ekobey (où il est allé sacrifier) « riposter » et prendre la défense des deux frères.

- « Tes frères (= fils classificatoires de Ampahanji) aussi, c'est moi qui les ai mis au monde, je leur ai posé la question comme à toi, ils ont reculé. Tu n'as pas voulu me dire ce qui t'avait rendu malade. Je t'ai dit : « le jour où tu vas mourir, tu auras quatre pattes » (« avoir quatre pattes » = symbole du brancard), voilà c'est aujourd'hui que tu as quatre pattes. C'est à cause de ton frère que tu es mort ? »

- « Oui + »

59Il demande à quelqu'un de l'aider à repousser le brancard.

- « Tes frères ne t'ont pas mangé et toi tu es mort d'avoir mangé leurs enfants ? »

« Oui + »

- « Le sorcier meurt, l'âme aussi meurt. Quand Osile était malade, nous étions partis en réunion à Kugel, je vous ai dit : « je ne garde pas le pagne pour moi, mais je garde ça pour Osile parce qu'Osile c'est moi qui l'ai mis au monde ». Parce que moi toute l'année je suis malade, donc je ne crois pas que je vais mourir maintenant ».

60Ampahanji s'était vraisemblablement rendu à Kugel, quartier de Susana, à l'une de ces nombreuses réunions où se discutent les problèmes du village, et y avait montré le pagne qu'il venait d'acheter en prévision du décès d'Osile (offrande).

61Le brancard reste devant lui

- « Moi et Sihonguli : qui devait mourir le premier ? Or, Sihonguli est mort avant moi. »

62Ampahanji veut dire qu'avec Sihonguli, ils sont comme les deux parties complémentaires d'un tout : si l'un est malade, l'autre tombera malade pour que le premier guérisse (explication donnée par les deux traducteurs de l'interrogatoire). Une telle complémentarité s'observe souvent chez les Felup, entre deux grands lutteurs.

63Cette remarque donne tout son sens à l'affirmation de Ampahanji : « je suis malade toute l'année, mais je sais que je ne mourrais pas », puisqu'Osile, représentant de son père (représentation encore renforcée par la présence du caractère héréditaire de sorcier) est mort une fois encore avant lui.

- « Kia Osile ! » (Expression de pitié).

64La mère d'Osile

- « Awania (« awania » = grand cultivateur), tu as vu ton interrogatoire ! »

- « Oui + »

- « Quand je lui demandai de son vivant l'origine de sa maladie, je savais que le jour où il mourrait, il me dirait qui l'a tué. Voilà aujourd'hui que tu te diriges vers ton frère : tu t'es disputé avec lui ?

Vous vous êtes disputés dans les rizières. Quand Sikahunan a cultivé sa parcelle, Osile a dit que c'était la sienne, et il a arraché tout le riz que Sikahunan avait repiqué, et il a planté son propre riz. Mais la parcelle n'est pas pour Osile, elle est à Sikahunan et tout le monde a dit qu'Osile avait tout. Le riz de Sikahunan que tu as arraché, c'est pour cela que Ekobey t'a tué ? »

- « Non »

- « C'est parce que tu es sorcier que tu as mangé ses enfants et que tu es mort ?

- « Oui »

- « Oui, c'est ce que je t'ai dit. Je suis allée sacrifier et on m'a dit que c'est Ekobey. Tout le temps que tu étais à la mission, avant de revenir à la maison, tu as peut-être vu quelque chose et peut-être n'as-tu pas sacrifié à Ekobey pour lui dire que tu avais vu là-bas quelque chose de dangereux ? »

- « Non »

- « Quand tu as quitté la mission, tu aurais dû aller chercher du vin (de palme) pour sacrifier à Karahayaku. Mais tu n'es pas allé afin de dire ce que tu as vu. »

- « Non »

65Le dispensaire, seul centre médical correctement équipé du pays felup et que possède la mission catholique italienne implantée à Susana, comprend 3 pièces qui communiquent : une salle de soins, une maternité et un dépôt de médicaments. Parce que cette salle d'accouchement n'est pas isolée comme la maternité traditionnelle, l'idée communément répandue surtout chez les femmes, est qu'elle constitue un lieu où les consultants masculins – et les catholiques consultent fréquemment puisqu'ils n'ont plus le droit d'aller chez le féticheur-guérisseur – peuvent transgresser, volontairement ou non, un interdit très rigoureux : le secret de l'accouchement. C'est pourquoi la mère d'Osile regrette qu'il n'ait pas sacrifié au boekin de la maternité Karahayaku-Ubuyau, parallèle masculin du Karahayaku (exclusivement réservé aux femmes).

66La mère d'Osile

- « C'est à cause de ton frère que tu as tué ses enfants ? »

- « Oui + »

- « Ton interrogatoire est fini. Maintenant il faut partir, on va te faire descendre. Susana ! Ce que j'ai appris d'Osile ce n'était pas ça, donc c'est lui-même qui s'est tué ! »

67Une femme

- « Son papa était sorcier, donc son fils est aussi sorcier ! »

68Un homme

- « Tais-toi ! »

69Sibekandopa (féticheur, guérisseur de Osile) veut parler mais le brancard se dirige vers une autre personne de l'assistance.

70Ampanaï (ami d'Osile) s'adresse alors à Sibekandopa :

- « C'est ton ami, tu connais son secret ! »

71Le brancard revient vers Sibekandopa

72Sibekandopa

- « Vous me rendez la vie difficile, tu es le troisième maintenant. Chaque fois que vous êtes attaqués par le boekin, vous refusez de vous soigner et vous venez chez moi. Quand j'ai su que déjà tu étais tué par le boekin, je t'ai dit de retourner chez toi pour y attendre la mort. Chaque fois que j'allais « dans » un boekin, on te disait que c'est Ekobey qui t'avait rendu malade. Moi, j'ai trouvé que Ekobey t'avait déjà tué. Tu n'étais pas encore mort, mais tu avais la bouche fermée, je ne pouvais pas te soigner. Quand le père d'Osile est mort, je lui ai tout demandé, et pourquoi Ekobey l'avais pris. On a dit à Sikahunan de repartir dans sa concession, que rien ne lui arriverait. Mais il avait peur de repartir, c'est donc à cause de toi, Osile, qui tuais ses enfants. Quand j'étais parti chez toi, j'avais dit à Sikahunan de venir pour discuter de ta maladie. Mais Sikahunan n'est pas venu. N'est-ce pas que Sikahunan n'était pas venu ? »

- « Non »

73Les couples convertis au catholicisme habitent un quartier (Santa Maria) isolé de Susana par les murs de la mission italienne. Cet isolement apparaît comme une mesure préventive destinée à protéger les habitants des féticheurs, qui n'hésitent pas à recourir au poison en représailles contre ceux qui ne respectent pas les règles de Dieu et qui attirent ainsi son courroux sur le village.

- « Quand j'étais parti chercher Sikahunan chez lui, j'ai trouvé sa femme. Elle m'a dit que Sikahunan était allé dans les rizières pour chasser les oiseaux. Puis je suis allé à Ewang où je suis resté, et c'est là que je l'ai aperçu qui partait dans les rizières.

Sikahunan était donc fâché contre toi parce que tu lui avais fait quelque chose ? »

74Sikahunan se cachait car en tant que catholique vivant à Santa Maria, il ne voulait pas se rendre à la convocation du féticheur, craignant réellement pour sa vie : Osile, même malade, restait menaçant d'autant qu'en cette occasion, Sibekandopa pouvait être son allié.

- « Oui »

- « Ce que tu lui a fait ne lui plaît pas, c'est pour cela qu'il n'est pas venu te répondre. C'est bien à cause de ton frère que tu es mort ? »

- « Oui »

75Remarquons que Sibekandopa préfère interpréter l'attitude de Sikahunan comme une démonstration d'irritation et non de méfiance envers eux : paroles qui vont dans le sens de l'apaisement de ces conflits, objectif général de l'interrogatoire.

- « C'est la seule chose que tu as faite, ou bien il y en a encore une autre ? »

- « Oui + »

76Sijula (beau-frère d'Osile) :

- « Si mon grand frère était là, moi je ne devrais pas parler ! C'est mon grand frère Kantente qui devrait parler. C'est donc comme tes frères te l'ont demandé que tu es mort ? A cause de ton frère ? »

- « Oui »

- « Ce n'est pas à cause de ta mère ? »

- « Non »

- « C'est toi-même qui t'es tué ».

77Le brancard se retourne pour partir.

- « Viens ici ! Est-ce que tu n'as pas entendu ce que ta maman a dit ? Tu n'es pas mort à cause de la parcelle pour laquelle tu t'es disputé avec Sikahunan ! »

- « Non »

- « Donc, c'est toi qui t'es tué ! »

78Le brancard se dirige vers la femme d'Osile.

79Ampanaï (ami d'Osile)

- « Quand l'ami de Youtou (village de Casamance) m'a envoyé quelqu'un pour me dire de venir le rencontrer à Kaguit, j'ai marché et couru jusqu'à être fatigué. Je me sentais mal et je me suis assis. Alors je me suis posé la question : qu'est-ce qui va m'arriver ? Au lieu de me dire : « notre ami est mort », on me dit tout simplement d'aller le rencontrer à Kaguit et quand je suis sorti du marigot, j'ai vu des gens qui venaient en pleurant, c'était la femme du mort. Je vous dis maintenant ce que j'ai entendu mais mon ami Osile, nous sommes venus ensemble pour naître à Susana ! »

- « Oui + »

80Youtou, où habite Ampanaï, est distant d'une quarantaine de kilomètres de Susana. Kaguit est à la frontière sénégalo-gambienne. Entre ce village et Susana, il y a un marigot assez large à traverser.

81Sihuolo (féticheur, gardien de Balinabu, boekin de la guerre et qui gouverne les maladies de la folie).

- « Peut-être as-tu vu quelque chose sur moi, c'est cela que tu viens me dire ? »

- « Non »

82Sihulo est comme tous les féticheurs qu'Osile a fréquentés avant sa mort : il s'agit pour lui de faire reconnaître publiquement qu'il est innocent de cette mort ou plus exactement, qu'il n'a joué aucun rôle dans cet événement.

- « Tu es venu me saluer et tu rentres ? »

- « Oui + »

- « Quand tu as envoyé ta femme auprès de moi pour dire que tu étais malade, je suis allé te voir. Tout ce que tu m'as dit, je n'ai pas gardé ça en tête. Si ce que tu m'as dit, c'est réellement ce qui t'a rendu malade, alors tu ne vas pas avancer ; c'est pour cela que j'ai pensé que c'est parce qu'on avait parlé que tu venais vers moi pour me saluer et partir. »

- « Non »

- « Peut-être ai-je fait quelque chose ? »

- « Non »

- « Peut-être mes enfants ont-ils fait quelque chose ? »

- « Non »

- « Ce dont nous avons parlé quand tu étais malade n'en fait pas partie ? »

- « Oui »

- « Je pensais que c'était à cause de ce que je t'avais dit que tu es venu vers moi. Mais ce n'est pas ça ? »

- « Oui »

- « Susana, c'est ce que je voulais lui demander parce que ça fait longtemps que nous parlons ».

83Le beau-père d'Osile veut parler mais le brancard s'en va sur le sentier en direction du boekin Ekobey, et les porteurs posent le brancard sur le sol à quelques mètres de l'assistance.

84Sikundo

- « Les enfants d'Osile vont vivre et vivront longtemps. Comme un serpent qui enlève sa peau et puis s'en va, rien n'arrivera aux enfants, nous les garderons bien ! Tu es mort, mais rien n'arrivera à tes enfants. Je suis là, mais Osile quand il est revenu de Santa Maria, il n'a pas vécu longtemps. Il est mort et les deux enfants qu'il a mis au monde sont là. Moi, Sikundo, je suis peut-être sorcier mais ces enfants-là ne vont pas mourir. Ils vivront encore longtemps ».

85Sikundo conclut l'interrogatoire pour le lignage et la concession d'Osile. Mais c'est plus qu'une parole au nom d'une collectivité, car c'est réellement elle qui s'engage par la bouche de Sikundo. Et l'assistance sera toujours là pour rappeler les engagements. La métaphore de la mue du serpent sert à affirmer que le village se garde (pour l'instant) de reconnaître que les deux garçons d'Osile sont des sorciers potentiels, successeurs de leurs père et grand-père. Chacun espère, et souhaite pour les enfants, que les funérailles d'aujourd'hui mettront fin à cette lignée de sorciers et que les enfants ne seront pas porteurs de cette force. Par ailleurs, Sikundo, qui prend l'engagement public de veiller sur les enfants, prévient incidemment le village : s'il s'avère que lui aussi est un sorcier, il faudra protéger les enfants de lui-même.

86Un homme

- « Les enfants là vivront encore longtemps. Il ne faut pas qu'ils fassent comme leur père. Ce que Sikundo a dit est une vérité. Les enfants vivront encore longtemps car actuellement tu mets des enfants au monde puis tu meurs, tu les laisses dans les mains des autres ».

87En entendant ces paroles, Sikundo va frapper la tête des deux enfants qui assistent aux funérailles.

88La femme d'Osile

- « Quand je me suis mariée avec Osile, on était bien, on ne s'est jamais disputé. Trois ans après le mariage, j'ai eu des problèmes avec lui et j'ai quitté la maison. Je suis allé à Ziguinchor (Sénégal). Osile m'a trouvé à Ziguinchor, il m'a dit qu'il a appris par les gens que des hommes m'ont cherchée en mariage. Mais Osile m'a dit : « Ne vas pas te marier ailleurs, retourne dans ma maison ». Je suis revenue. Il a épousé une autre femme qui s'appelle Koutok. Koutok a eu un enfant la première, mais l'enfant n'était pas sur le dos de sa mère, il était sur mon dos. Quand elle a eu l'enfant, je l'avais appelée : « Koutok ? ». Elle a répondu : « oui ». « Celui-ci tu l'as mis au monde, mais ce n'est pas ton enfant, c'est mon enfant ! Quand tu auras un second, c'est celui-là qui sera ton enfant ! »

89Le brancard est relevé et revient au centre.

- « Mais voici mon enfant, toi qui t'es tué, tu as mangé les gens ? »

- « Oui + »

- « Comme ton papa est sorcier, toi aussi tu es sorcier ?

90Le brancard reste devant elle, puis recule au centre : Osile a « honte ». La première épouse d'Osile lance alors ce qui sera la dernière question :

- « Comme j'ai eu des enfants avec toi, es-tu content ? »

91Le brancard court sur elle (« oui ») et sans s'arrêter, traverse la foule pour reprendre le chemin qui mène au quartier de Kugel.

92Le départ du brancard vers le lieu du prochain interrogatoire provoque la dispersion de l'assemblée. L'interrogatoire était théoriquement achevé depuis le discours de Sikundo. C'est bien, en effet, les paroles de ce dernier qui viennent mettre un terme à la première phase du kasaabaku et non l'épuisement des questions concernant la cause du décès : rapidement circonscrites au tout début de la séance, en très petit nombre, elles ne variaient plus depuis longtemps, d'une personne à l'autre. Tout se passe plutôt comme s'il fallait rapidement les énoncer pour s'en servir comme prétexte (obligatoire) pour remémorer publiquement et avec exactitude le rôle que chacun des interrogateurs a joué dans le cours de la maladie puis de la mort d'Osile. Comme s'il fallait que chacun obtienne « de la bouche même du défunt » l'explication des causes du décès et, donc, la confirmation publique que lui, l'interrogateur, a été étranger à sa mort. Le départ du brancard marque non pas que les causes de la mort sont suffisamment éclaircies, mais que les acteurs de l'événement ont correctement rapporté la réalité de chacune des situations.

93Le déroulement du kasaabaku que nous venons de rapporter nous montre qu'il y a, en fait, deux groupes bien distincts de participants à cette séance :

94- les gens du village, qui veulent intervenir sans cesse mais que le brancard laisse peu s'exprimer. Leur intervention semble n'avoir d'autre but que de faire répéter inlassablement « l'incroyable vérité » de cet homme bouffeur d'enfants ;

95- les personnages ayant eu un rôle direct ou indirect dans la vie d'Osile : la parenté proche (cousins, oncle, beau-frère), un ami, et les féticheurs, qu'il a consultés pendant sa maladie. Onze personnes au total qui, à un moment ou un autre de cette affaire, ont sacrifié et consulté également le boekin Ekobey.

96Par l'intermédiaire du brancard, le défunt décide que toutes paroles autres que celles de ces onze personnes ne peuvent être que négligeables ; y compris, d'ailleurs, celle de sa première épouse qui évoque pourtant un drame profond (stérilité, polygamie et relations avec la coépouse) mais bien trop ordinaire à la vie familiale felup pour être retenu.

97Par conséquent, chaque interrogatoire engage quatre types de personnages : le défunt, les acteurs du drame mortuaire, le boekin et la communauté villageoise. La seconde phase du kasaabaku (qui sera sous le signe d'un autre boekin) réunira d'autres acteurs : tous ceux qui auront consulté la puissance en question et qui de ce fait sont considérés comme impliqués dans la mort d'Osile. Les questions et réponses sur les causes du décès ne feront que se répéter.

98L'interrogatoire consiste certes à expliciter officiellement – à proclamer publiquement en quelque sorte – les causes du décès que chacun connaît par avance. Mais il sert surtout à désamorcer les risques d'un éventuel cycle de violences (et pas seulement à travers la sorcellerie) qui pourrait s'enclencher après la mort d'Osile. Au cours des trois ou quatre interrogatoires dont se compose le kasaabaku, il sera répété que les frères et alliés de Sikahunan ne se vengeront pas sur les enfants ou la famille du mort. L'interrogatoire procure encore une autre sorte d'apaisement : il ramène subtilement, par le raisonnement moral, la cause du décès – aussi horrible soit-elle – à la volonté de Dieu (ce qui n'exclut pas les obligations de sacrifices réparateurs pour la famille).

Haut de page

Notes

1 Les Joola sont divisés en plusieurs sous-groupes qui se distinguent principalement par leurs variantes dialectales. Ces différents groupes ont un certain nombre de traits communs, en particulier, la pratique d'une riziculture inondée, d'origine locale, l'absence d'autorité politique centralisée, l'importance sociale des classes d'âges et le culte des ukin.

2 Le système religieux joola s'appuie pour l'essentiel sur l'ensemble complexe des ukin (sg. boekin), terme polysémique qui désigne à la fois l'esprit propitié, le lieu du culte, et les éléments matériels qui composent l'autel. Les ukin sont des puissances intermédiaires entre les hommes et la divinité suprême, maître du ciel

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Odile Journet et André Julliard, « Interrogatoire du mort en pays joola felup », Systèmes de pensée en Afrique noire, 9 | 1989, 135-153.

Référence électronique

Odile Journet et André Julliard, « Interrogatoire du mort en pays joola felup », Systèmes de pensée en Afrique noire [En ligne], 9 | 1989, mis en ligne le 15 octobre 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://span.revues.org/1141 ; DOI : 10.4000/span.1141

Haut de page

Auteurs

Odile Journet

URA 221 (CNRS-EPHE)

Articles du même auteur

André Julliard

Haut de page

Droits d’auteur

© École pratique des hautes études

Haut de page
  • Logo EPHE
  • Logo CEMAF
  • Revues.org