Navigation – Plan du site

14 | 1996
Destins de meurtriers

Sous la direction de Michel Cartry et Marcel Detienne

Sommes-nous aujourd'hui en mesure d'entendre les métaphores que mobilisent les rituels liés aux meurtriers dans des sociétés qui pourraient être nommées par nous archaïques en raison du fait que le meurtre n'y est pas une catégorie juridique ? Pouvons-nous apprendre quelque chose sur l'interdit du meurtre en essayant de déchiffrer des métaphores de cette sorte ? C'est à cette question qu'ont tenté de répondre les auteurs des textes du présent recueil à travers l'étude, pour les uns, de matériaux ethnographiques recueillis en Afrique, en Amérique du Sud, en Océanie et en Inde, pour les autres, de textes ou de documents portant témoignage d'un état social de la Grèce ancienne antérieur à la période où apparurent les cités et où furent institués des Tribunaux du sang.

Si on fait l'hypothèse qu'à travers les rituels liés aux meurtriers, des sociétés énoncent ce qui, dans la question du meurtre, n'est pas pour elles dicible en d'autres formes de discours, alors il est permis d'espérer qu'une étude de ces rites, pourvu qu'elle soit conduite sur la base de documents précis, ouvre de nouvelles perspectives pour l'approche de la problématique du meurtre. Les auteurs du présent recueil montrent en tous cas que pour réénoncer l'interdit du meurtre, il y a d'autres procédures que celles que nos sociétés ont fixées dans leurs codes de procédure pénale, ou leurs "traités de pénitence". Ils montrent, corrélativement, qu'une démarche qui consiste à aborder la question du meurtre par le biais de rituels où des sociétés sans construction juridique mettent en scène l'interdit du meurtre peut amener à dévoiler ce qui, dans nos constructions juridiques, se dissimule quant aux véritables enjeux de cet interdit.

NDLR

Ce numéro 14, tiré à 800 exemplaires, est encore disponible en version papier.

  • Logo EPHE
  • Logo CEMAF
  • Revues.org